nÖs spectacles créés en Saison 2013/2014

Spectacles créés en 2Ö13/2014

ZONE

Texte et mise en scène de Simon Capelle
Sera créé par la troupe agÖn du maelstrÖm (18 comédiens)
Conseil chorégraphique : Mélodie Lasselin
Lumières : Caroline Carliez
Création musicale originale : Laurent Ostiz & Guy Lefebvre

Création au Festival Grand maelström à Dupire 2014
Créé les mercredi 28 mai à 20h30 et jeudi 29 mai à 16h

Sera rejoué LUNDI 22 SEPTEMBRE 2014

Au théâtre MASSENET à LILLE

Rue Massenet, Dans le cadre du festival organisé par la URNCTA

SUJET: Comment faire une pièce de théâtre aujourd'hui ? De quoi parler ? Faut-il parler ? Voilà les questions que les 18 comédiens se posent au plateau, tissant progressivement ensemble les fils d'une représentation commune.

ZONE, plus en détails...

La pièce pourrait s'intituler : Puzzle.
Pourrait être sous-titrée : Eloge de la déconstruction.

c'est du théâtre comme c'est à créer et à détruire

La pièce pourrait s'intituler : Puzzle.
Pourrait être sous-titrée : Eloge de la déconstruction.

Ce n'est pas un spectacle facile, et c'est un soulagement.
Ce n'est pas un spectacle compréhensible, et c'est déjà une bonne nouvelle.
Ce n'est pas un spectacle tout court, et c'est surtout ça l'intérêt.

Des questions :
de quoi cela parle
qu'est-ce que cela raconte
est-ce que c'est drôle ou dur
est-ce qu'on va encore pleurer
est-ce que je vais comprendre
pourquoi aller au théâtre
est-ce qu'on pourra m'expliquer après

la même réponse à tout
puzzle qu'il faut reconstruire
que le public va lui-même construire
on donnera tout
on dira tout
tout ce qui fait théâtre et tout ce qui ne fait pas théâtre (si cela existe)
et le public nous dira de quoi ça parle
qu'est-ce que cela raconte
si c'est drôle ou dur
s'il a pleuré
s'il a compris
pourquoi il vient voir
il pourra nous expliquer

les réponses
les questions
les discussions
elles ne se forgent pas dans les salles de répétition les salles de spectacles
pas plus que dans les têtes de ceux qui jouent écrivent créent
elles sont dans le collectif
dans le tous-les-jours
dans une seconde au cœur du corps d'un spectateur

voilà le spectacle c'est ça
toutes les secondes dans les cœurs les corps les voix des spectateurs et des acteurs ce soir-là

IMPOSTEUR, mon amour

sera créé par la troupe du mÖov (théâtre et danse)
dirigé par Mélodie Lasselin, Lydia Fromont (chorégraphes)
Violaine Debarge et Simon Capelle (metteurs en scène)

Spectacle en création sur le thème LES POSTURES DE L'IMPOSTURE.

Création au Festival Grand maelström à Dupire 2014

le samedi 31 mai à 20h30

Mélodie Lasselin puis Lydia Fromont, chorégraphes, lanceront les comédiens de la troupe du mOov sur ce thème de l'Imposture.
D'abord une danse débridée et créative... qui cherchera a traquer les postures de l'imposture.

A partir de scènes écrites, de situations vécues par les comédiens, des situations théâtrales d'imposture et des «chœurs de mouvement» initiés par les chorégraphes sur ces postures enfermantes, naîtront peu à peu les Scènes théâtrales et dansées de ce spectacle puisé au coeur du Mouvement.

IMPOSTEUR, mon amour... plus en détails

Danser l'imposture de nos vies. M.L

Exulter sa révolte dans des corps qui perdent le contrôle… L.F

Moi qui suis un imposteur, vais-je te plaire. S.C.

J'imposture et j't'emmerde ! V.D.

Ce fut un travail acharné, en plusieurs temps, à 4 têtes : deux chorégraphes, plusieurs auteurs, une recherche de corps, de voix… un vrai maelstrÖm !
Quatre artistes créateurs se lancent le défi de bâtir ce spectacle ensemble. Et cherchent une convergence, construire à 4 dans la matière offerte des 18 comédiens danseurs amateurs de la troupe qui, eux aussi s'offrent sans retenue et s'adaptent à 4 meneurs artistiques… en explorant chacun leurs propres (im)postures…

Imposteur, mon Amour senti par Simon Capelle

« JE est un imposteur.
Moi qui suis vrai / 
Moi qui suis un imposteur,
Vais-je te plaire
A toi qui es le vrai moi / à toi qui es l'imposteur en moi ?

Ne jamais faire de l'imposteur un bourreau
Ne surtout jamais faire de l'imposteur une victime (ou alors de lui-même) 
Qui peut nous dire qui nous sommes ?
Les créations de la pensée ne sont souvent que des JE(ux) de l'esprit.

Se regardant dans la glace pour la première fois, l'imposteur enfin démasqué se demande à lui-même : Vais-je te plaire ? » S.C.

Imposteur, mon Amour senti par Lydia Fromont

« Caché, engoncé, calfeutré, à l'abri dans mon costume douillet, je marche tous les jours. Je suis le chemin qu'il FAUT suivre. Le chemin que l'on me montre ?
Jusqu'au jour où ces mots que j'entends tous les jours ne sonnent plus Juste. Tout devient inintelligible, absurde, je m'effondre.
Et si je sortais de ce chemin, pour en tracer un autre, le mien ? Tel un animal avide de liberté, je pars à ma rencontre. Vais-je me plaire ?... Je m'en fous, en fait. Le travail chorégraphique que j'ai mené a engagé les comédiens danseurs de la troupe, à rechercher des états de corps différents et à faire naître une tension, exulter sa révolte dans des corps qui perdent le contrôle, qui lâchent prise. Chacun a pu créer son langage, le chercher et le transmettre à l'autre.
Les frontières s'aplanissent, les postures disparaissent… » L.F

Imposteur, mon Amour senti par Mélodie Lasselin

« Vie. Je vis, nous vivons, je rencontre, nous aimons. Je, nous, routine, nous survivons. Je rêve, nous rêvons, je me transforme, nous changeons, je pars, nous restons. Un jour de plus, des feux à rallumer, me débattre pour ne pas m'effacer. Construire pour tout détruire. Mort. Je meurs, nous mourrons.
Monter sur scène, danser l'imposture de nos vies, dans la posture de nos corps. Mon corps qui s'imprègne de toutes expériences, moi et moi, ma tête, mon corps. La gravité influe le rythme de nos mouvements, mon corps en mouvance, suivant le vent,  à l'image de mes moi,  je choisis.
Nous, humains, hommes, femmes, confusions des genres, des vies et de nos envies. Qui étais-je, suis-je, serai-je  ? » M.L

Imposteur, mon Amour senti par Violaine Debarge

« J'imposture et j't'emmerde !
Multiples et mouvants, changeants et adaptables. Nous jouons tous de nos peaux humaines de différentes couleurs…
Quand les costumes aident à éclairer mes facettes, le théâtre m'aide à me découvrir Autre. Ecorcher mes frontières, re-naître autrement, dé-cristalliser. Je est un Autre. Tout le temps… Je ne suis jamais celui que je crois être.
L'assumer, c'est déjà briser les carcans…délier. Ouvrir.
Et alors, tout redevient possible.
Mais où trouver le vrai moi ?
Dans ces postures que je prends si facilement ? dans mes sourires secrets?
Où est-il ce Moi? Existe t'il ?
Sentiment profond d'une vérité qui se situe ailleurs… » V.D.

Я вмираю /JE MEURS [we are dogs]

sera crée par la troupe des 20 comédiens du LabÖ K, mise en oeuvre par Simon Capelle
D'après Shakespeare, Howard Barker et Rodrigo Garcia
Adaptation de Simon Capelle
Lumières : Caroline Carliez

Création au Festival Grand maelström à Dupire 2014

le vendredi 30 mai à 20h30

Travail de recherche et performance sur les textes afférents au KING LEAR de W. Shakespeare, d'après des extraits également de textes de Howard BARKER et Rodrigo GARCIA

Se plonger au coeur des situations du Roi Lear, confronter différentes écritures, différents cris autour d'une même réalité, celle de la catastrophe d'un personnage qui s'effondre complètement et sans retour.

Pour la troisième année, le Labö K. (Laboratoire d'expérimentation théâtrale) travaillera à créer un spectacle de Performance sur un thème : Le Théâtre de la Catastrophe, et un corpus d'oeuvres autour du Roi Lear, de William Shakespeare. La confrontation du classique et du moderne nous dévoilera des acteurs qui développeront leur Jeu dans des registres diamétralement opposés, de la tragédie classique et sanglante, à la bouffonnerie performative, en passant par la narration dialoguée.

Les comédiens de la troupe auront la possibilité de choisir eux-mêmes, au sein d'un corpus pré-établi, les scènes qu'ils souhaitent vivre.
La mise en scène ne se fera qu'après un premier travail de jeu d'acteur afin de composer un spectacle tout-terrain et polymorphe, à l'image du sujet traité. Les principes du Théâtre de la Catastrophe (cf. Howard Barker) guideront notre ligne artistique et nous permettront de nous confronter directement à une théorie de la représentation théâtrale.

L'oeuvre de William Shakespeare, au-delà d'un "classique", est devenue aujourd'hui l'objet de constantes mises en scène, théories et recherches sur l'écriture dramatique, les règles de la représentation et le jeu d'acteur. Son influence sur les auteurs contemporains, en particulier anglophones, est déterminante. D'Edward Bond à Sarah Kane, en passant par Howard Barker, Harold Pinter et tant d'autres, tous lui doivent une manière d'écrire au sujet de leurs contemporains.

Я вмираю /JE MEURS [we are dogs], plus en détails

ce n'est pas le pire tant que l'on peut encore dire c'est le pire

3-4 lignes : Sois plus riche que tu parais. Dis-en moins que tu n'en sais. Prêtes-en moins que tu n'en as. Monte à cheval ne marche pas. Pense au lieu de tout gober. Mise pas tout d'un coup de dés. Oublie le vin les putains. Reste tout seul dans ton coin. Tu auras en bénéfice plus que vingt pour deux fois dix.

Note d'intention :
A l'origine, c'est une pièce de Shakespeare - King Lear.
Le roi, Lear, organise sa succession en partageant le pouvoir entre ses trois filles.
La plus jeune, Cordelia, refuse.
S'en suit exil, haine des filles pour leur père, déchéance, abandon et chute de celui qui possédait tout.

"La crise consiste justement dans le fait que l'ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés. Le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres." Antonio Gramsci (1929) 

Février 2014 - Ukraine.
Une jeunesse qui précipite le départ de son président. 
Malgré les balles qui tuent, les chars qui arrivent, les terres qui s'effondrent.
Au milieu, un tweet pour crier sans voix : "je meurs".

Qu'est-ce qui meurt en ce moment chaque jour en Europe et ailleurs ?
Qu'est-ce que la jeunesse vit, rêve, ou tait en notre temps ?
Quel pouvoir est le nôtre que nous refusons ?
Quel silence est le nôtre qui dit mieux que les mots ?
Quel enfant est le nôtre que nous avons laissé dehors ?

de qui
de quoi
maintenant 
suis je le père

Les chiens de Rodrigo Garcia.
Le "tout dire" d'Howard Barker.
Une exigence tripartite envers ce qui est contemporain, c'est-à-dire tout le temps qui est avec nous.

Ecrire une lettre à notre fille.
Rêver une autre Histoire.
Ton héritage.

Les impoétures : LeKtures pÖétiks

Dirigées par Olivier Geniaut
Sera créé par la troupe pÖétik du maelstrÖm

Création au Festival Grand maelström à Dupire 2014

le lundi 26 mai à 20h30

Réservations en Ligne 

Une mise en espace des textes, slams et poèmes écrits tout au long de la Saison par la troupe des pÖétes du mÖ.

pÖèmes...

Euphorie

Eh mais j'ai trop la pêche, la chepê, la banane
J'ai envie d'aller courir nu dans la savane
de faire l'amour à un tiers du globe terrestre
Qu'est-ce qui m'arrive ? Même la religion m'intéresse.

Qu'est-ce que j'ai aujourd'hui ? Qu'est-ce que mon cœur fabrique ?
Je me sens euphorique, hystérique, j'ai la trique
Je trouve tout excentrique, fantastique, formidable
Même les tubes de l'été me paraissent admirables.

J'mets les mots à la suite, ils ressemblent à des gosses
au fond d'un train-fantôme ; c'est joyeux et féroce.
Mon stylo danse comme le piano de Michel Berger.
Même mon pire ennemi, je pourrai l'héberger.

Ma main montrait des signes de manque d'écriture
Elle tremblait, elle giflait mon cul et ma figure
Mais la voilà comblée d'avoir fait l'écrivain.
Et bordel de merde, oh putain, que je suis bien !

Olivier Geniaut

Mi-loin

Nous deux, on s'est serré, embrassé, juste à deux
dans des parcs, à la mer, souvent sous le ciel bleu.
J'ai alors cru t'aimer à en mourir, j'te jure.
Mais c'est pas toi que j'aime, c'est la nature.

Nous deux, on s'est voulu, dévoré, dénudé
sur des sons d'Editors, Mariée Sioux, ATB.
J'ai donc pensé j't'adore, t'es l'élue, t'es l'unique.
Mais c'est pas toi que j'aime, c'est la musique.

Nous deux, on a fait l'action, cunni, fellation
dans des vagues de plaisir, dans un feu de passion.
J'ai vite eu l'impression que j't'aimerai toujours.
Mais c'est pas toi que j'aime, c'est l'amour.

Nous deux, on a passé des moments très très riches
à trouver le monde beau et le bonheur fortiche.
Tout est grâce à toi, t'ai-je définitivement dit.
Mais c'est pas toi que j'aime, c'est la vie.

Olivier Geniaut

Les impoétures : LeKtures pÖétiks

Par : la troupe Pöétik chapeautée par Olivier Geniaut
Durée : 40 minutes

La route est longue mais elle n'est pas dessinée en entier

Du ventre à la voix en passant par la main, la pöésie viendra à vous ! Installez-vous. Ouvrez yeux, oreilles et cœur. On va vous faire part de nos griffonnages, ratures et belles trouvailles. On est 9. On a passé l'année à écrire sous contraintes. On est prêt à chuchoter, dire, crier nos mots ! On a besoin de vous pour boucler la boucle.. Energiquement vôtre.

Neuf. Nous sommes neuf. 9 lambdaïstes. Simplement nous aimons écrire. Le bonheur d'écrire nous a réuni. Nous aimons nous retrouver pour écrire. L'air de rien, nous partageons plus que de l'écriture. Des moments précieux, des ambiances chaleureuses… Tous les lundis soirs, nous nous retrouvons tous ensemble ; et quand chacun se retrouve face à sa feuille blanche, il a bien assez de force et d'envie pour la remplir. La remplir de lui, de ses mots, de ses obsessions / rêves / combats. Ensuite, on lit et les autres écoutent, se nourrissent, savourent. Chacun offre un cadeau au groupe : sa voix, son écrit. Donner et recevoir. On a beau dire, cette vieille formule a encore de beaux jours devant elle. Ah oui, j'oubliais, c'est de la Pöésie. On est des Pöètes. Mais n'ayez crainte, on s'en fait pas trop pour ça, on est juste des machines à recycler des ressentis. Le chagrin, la joie, tout ce qui nous passe devant, on en fait de l'écriture. Et après 7 mois de production, nous voici prêt à monter en scène et à vous livrer nos mots. Minutieusement choisis !!

PLAYMOBIL CARNAGE

PLAYMOBIL CARNAGE  de Stéphane Guérin
Création Saison 2013/2014
Mise en scène de Violaine Debarge; Avec Loïc Pinchon
Théâtre de création, contemporain; Public Adulte

Extraits mis en Lecture au Festival Grand maelström à Dupire 2014

le lundi 26 mai à 20h30 (en 1ère partie des Impoétures)

Sujet: un jeune homme revit le carnage amoureux de son existence.

Des spectacles de haute exigence artistique

theatre atelier lille, cours theatre lille, troupe de theatre lille , atelier theatre la madeleine, cours theatre la madeleine, atelier ecriture lille, atelier ecriture la madeleine

Les comédiens... en répétition

En répétition...

Photos au coeur de la Création théâtrale au maelstrÖm